LUX ADULESCENTIA / lumineuse jeunesse

L’Histoire démarre au Palais de Tokyo je flâne dans l’immense lieu béton et dehors côté Seine il y a toujours une tribu de skaters Lou s’y joint tout petit mais sans peur je prends des photos avec mon vieux Nikon j’adore cette série il en est qui ressortent telles que vous les avez rêvé l’architecture monumentale les demi-reliefs mythologiques presque animés le bassin déguelasse verdâtre le décor est parfait dramatique et les acteurs des acrobates punks le côté sublime et sauvage du terme des surfers de rues ils inventent des modules récupèrent des morceaux de planches édentées ça tourne ça roule ça résonne entre les immenses colonnes j’ai le vertige le ciel se reflète dans le bassin vert le soleil s’écrase contre les parois beiges ça sent l’urine ça sent la bière les divinités grecques ricanent et dans leur grande bonté me jettent un sort

Ca continue Gaité Lyrique une expo la dimension picturale et graphique du skate une rampe est érigée pour l’occasion une deux trois rencontres rendez vous est pris cette fois en périphérie aux abords du XVIIIe sculpture de béton veiné taillé pour enchaîner les tricks quatre cinq six rencontres qui m’en amènent toujours d’autres on fait ensemble une série un édito ils sont sapés comme des princes et ils dansent à l’aise comme dans un pyjama sur leur planche à roulettes la série est noire infusée on l’appellera CONCRETE parce que ce qui est en train de se produire est bien concret l’édito voyage relayé par plusieurs publications je jubile moi aussi à présent je glisse sur les éléments ils me nomment Ollie Wood j’ai toujours ma caméra autour du cou je les retrouve dans la ville aux Halles à Jemmapes sur les quais de Loire on fait des fêtes

Déménagement un an s’est passé depuis le Palais de Tokyo on a mangé la ville par les deux bouts mon homme nos enfants Biarritz nous tend ses bras d’écume le sort s’acharne il continue de m’envoyer de belles âmes ils surfent ils skatent ils sont magnifiques ils créent parfois ensemble ils ont du talent ça ne s’apprend pas on ne s’ennuie jamais on s’aime on se retrouve dans nos ateliers dans nos apparts dans les bars on fait des fêtes on va à la Côte des Basques on va en Espagne on est à Zarautz la plage de nouveaux skateparks taillés pour enchaîner les tricks les vagues déroulent sans fin comme un gif j’ai toujours mes caméras autour du cou ils ont 20 ans tantôt 25 parfois moins ou plus ils me font penser que le monde peut espérer tranquille ils ne sont pas dupes 

ils sont lumineux de jeunesse et l’Histoire continue 

Octobre 2013



Projet initié en 2011, 
L.A c’est l’observation d’une jeunesse qui n’a pas vraiment d’âge, encrée dans son époque, créative par instinct de survie; c’est un travail de documentation, de partage et de transformation sur les gens qui croisent miraculeusement mon chemin, un work in progress sans promesse de fin!

Lux Adulescentia a fait l’objet d’un catalogue et d’une exposition personnelle à la galerie 0fr. Paris